Frère Robert Schieler Accueillis à Athis-Mons, Une Histoire

Le Frère Supérieur Robert Schieler poursuit sa visite en France en allant à la rencontre de la maison de retraite des Frères d’Athis Mons (91). Accueilli chaleureusement par l’ensemble des Frères et notamment Nicolas Capelle Frère directeur de la maison, qui a introduit la journée en présentant l’histoire de la maison.

En 1883 les frères achètent le château d’Ozonville, (demeure de Valentin Conrat – fondateur de l’académie française). Ce bien prévu pour abriter le supérieur général et son conseil servait également pour la formation des frères et pour les retraites spirituelles des jeunes des écoles de Paris. Initialement installées rue Oudinot à Paris. C’est de cette maison que le Frère Exupérien crée en cette même année la société St-Labre, pour des jeunes chrétiens en activité. L’année suivante (1884) création du premier syndicat chrétien, puis en 1927 création de la Joc en France. Le Fr Exupérien est enterré dans cette maison. La maison devient centre de formation, noviciat et sous l’impulsion du Frère Patrice Marey un centre de pastorale Scolaire. La maison devient enfin maison de retraite.

A l’issue de cette présentation le Frère Robert Schieler s’est réjoui de vivre ce temps fort auprès des Frères d’Athis Mons et a souligné avec fierté son attachement à ces lieux chargés d’histoire.

A son tour, le Frère Supérieur Général s’est adressé à l’assemblée :

Nous avons souligné l’année dernière le cinquantième anniversaire du 39eChapitre Général et la publication de la Déclaration; cela nous fournit l’occasion de faire une pause et un moment de réflexion. Plusieurs d’entre vous étaient jeunes Frères ou dans la fleur de leur vie de Frères il y a cinquante ans ! Ce fut une époque pleine d’espérance. Ce fut aussi un temps marqué par des défis à relever, tant dans la société, dans l’Église et dans l’Institut que dans nos propres vies.

Les Frères plus âgés se souviendront sans doute des défis qu’a dû relever l’Institut au cours de ces cinquante dernières années ; ce fut un demi-siècle marqué par une recherche intense de nouveaux moyens pour annoncer avec joie l’Évangile et pour revigorer la vie communautaire. Dans la société, alors que des traditions culturelles et des pratiques religieuses qu’on croyait éternelles perdaient de leur importance, de nouveaux paradigmes faisaient leur apparition. Au milieu de la montée de la sécularisation et de la postmodernité, ressenties avec plus d’acuité ici en Europe, l’Institut renouvela son engagement en faveur du service éducatif des pauvres, de la catéchèse et de l’évangélisation, du caractère laïc de l’Institut ainsi que de la promotion de l’association lasallienne. Merci, Frères, pour avoir été les architectes de ce renouveau !

Les beaux jours, comme aussi lors des temps orageux, vous, Frères,  voués au Christ, au Royaume. Votre fidélité continue à être un témoignage important de la vitalité toujours actuelle de l’Institut. Vous m’avez personnellement inspiré ! J’ai rejoint les Frères en 1968, un an après la publication de la Déclaration. Ce fut un temps d’exode important, alors que de nombreux Frères quittaient l’Institut. Mais vous, vous y êtes restés. Vous êtes restés pour affronter dans la foi les défis de la sécularisation qui caractérise aujourd’hui tout le continent européen. L’Institut vous est redevable de votre fidélité. Voilà pourquoi le premier mot que je vous dis est celui de gratitude…

Tout en observant avec les yeux de la foi la réalité des changements démographiques rapides, nous nous demandons ceci : quel est le message de Dieu pour nous dans tout cela? Reconnaître ces changements et leur donner une réponse dynamique peut assurer la vitalité de notre mission. Est-ce que nous faisons assez confiance à Dieu, à nous-mêmes et à nos Frères pour faire en sorte que ce changement démographique contribue à la gloire de Dieu?

L’Évangile, l’Église et l’Institut, ainsi que notre monde globalisé, nous envoient des signes clairs que nous devons aller au-delà de nos frontières afin d’apporter la Bonne Nouvelle et une éducation humaine et chrétienne aux jeunes, spécialement aux pauvres. Frères, dans ce contexte, il nous faut reconnaître et accepter l’importance d’aller au-delà de nos Régions, de nos Districts, de nos Délégations et secteurs afin d’assurer le bien spirituel et physique du peuple de Dieu, incluant chacun de nous et tout l’Institut. Nous sommes appelés à aller plus loin que nos compréhensions et nos pratiques locales et à apprendre les uns des autres. La compassion chrétienne nous pousse vers le partage réciproque de nos aspirations, de nos désirs et de nos craintes…

Le Chapitre Général a présenté dix façons d’aller au-delà des frontières. Je vous rappelle les quatre suivantes, pour votre propre réflexion

– Aller au-delà des frontières de notre propre âge officiel de la retraite afin de nous consacrer à du travail volontaire au profit des plus vulnérables.
– 
Aller au-delà de nos propres frontières d’intérêt personnel afin de mieux servir la communauté.
– 
Aller au-delà de nos frontières de consommation afin de créer un monde qui soit plus  habitable, plus juste et en solidarité avec les autres.
– Aller au-delà de nos propres frontières de découragement pour aller vers un lieu d’espérance consacré au plan de salut de Dieu.

Frères, je vous remercie de vos vies de témoignage, de service et de communion. Vous avez su inspirer nos Frères plus jeunes, nos Partenaires lasalliens, nos étudiants, nos élèves et l’ensemble de la famille lasallienne.  S’il vous plaît, faites encore davantage en incitant de jeunes hommes à « venir et à voir » nos vies fraternelles, espérant qu’ils songeront à devenir comme nous membres de l’Institut.

Après un repas fraternel, le Frère Robert a fait une visite au cimetière d’Athis-Mons dans lequel se trouve la tombe des frères Supérieur et assistant français qui ont animé et gouverner l’institut pendant plus de 200 ans. Un temps où l’on ressent la continuité de l’histoire et dans un même temps un défi à relever pour la pérennité du charisme lasallien.

Frère Bruno Daguin

Frère Robert Schieler Supérieur Général accueilli au Loquidy de Nantes

Mardi 9 janvier 2018
Une visite rythmée et très riche à Saint-Joseph du Loquidy La Salle pour le Frère supérieur général Robert SCHIELER.
C’est le projet tutorat, présenté par un professeur, qui a d’abord retenu l’attention de la délégation. Plus de 130 lycéens de 1ère et Tle qui accompagnent 130 collégiens sur leurs temps libres. Belle réussite de fraternité. Un débat a eu lieu entre 10 tuteurs et 10 « tutorés » en présence du Frère Robert. La conclusion du Frère supérieur général a été très remarquée :
« Comme St Jean-Baptiste de la Salle ce n’est pas un professeur et un élève, mais un grand frère et un petit frère qui travaillent ensemble. Vous êtes fidèles à cette relation fraternelle »


Puis rencontre avec des lycéens qui étaient en stage d’immersion en Espagne. Ils arrivaient du collège La Salle à St Jacques de Compostelle. L’ouverture internationale du réseau La Salle s’est poursuivi avec le témoignage de trois lycéennes, dans un anglais parfait sur le séjour en Jordanie (La Salle à Amman).
Dernière étape avec l’équipe pastorale en présence de 10 lycéens. Cette visite s’est terminée en chanson et musique, le tout orchestré par Maylis HOUEL (élève de Terminale). Puis direction vers la communauté de Blain pour la délégation.
Visite rythmée, dans un grand climat de simplicité.
Bref une visite d’un Frère.

La Direction du Loquidy

Frère Robert Schieler Supérieur Général à la rencontre des 3 communautés de l’Ouest

Il était 11h30, ce mardi 9 janvier 2018, lorsque des représentants des 3 communautés, Angers, Nantes et Blain, ont accueilli le Frère Robert Schieler sur le seuil de la Maison de retraite. Il était accompagné par le Frère Aidan Kilty, Conseiller général et du Frère Etienne Le Chapelain, Visiteur auxiliaire

La simplicité spontanée du Frère Supérieur établit aussitôt une relation de chaleureuse fraternité. La messe s’en est suivie, marquée par la ferveur des chants et la joie de nous retrouver ensemble sous le regard du Christ. L’apéritif permit au Frère Robert de saluer chaque Frère personnellement. Parmi les invités figuraient le clergé paroissial, Mme Jannin, Responsable de l’Administration de la Maison, Mr François-Xavier Sigaut, Directeur du collège La Salle-St Laurent, Mme Colette Allix responsable de la tutelle régionale.

Nous étions 50 autour des tables de la salle à manger pour partager un repas finement préparé par notre équipe de cuisine.

Le temps a passé très vite. Toutefois le F.Robert nous a adressé la parole au cours d’un entretien dans la salle de communauté. Plusieurs questions lui furent posées touchant notamment à l’avenir de l’Institut compte tenu de la diminution numérique des frères. Ses réponses furent chargées d’espérance tant il percevait la diversité des formes d’associations qui se constituent à travers le monde, toutes animées par un ardent désir de poursuivre la mission auprès des jeunes, selon le charisme du Fondateur.

L’impératif des horaires pour le retour vers Paris mit fin à cette rencontre dont chacun gardera le souvenir d’un moment fraternel et joyeux.

Frère André Launay

Bélgica: Coro de niños “de lustige heivinken” – 56 años de historia

Bélgica: “Coro de niños “de lustige heivinken” – 56 años de historia

El coro de niños “De Lustige Heivinken” fue fundado en 1930 por el Hno. Majoor (Arnold Bijnens) en la escuela de San Juan en la ciudad de Waterschei (Bélgica). La mayoría de los alumnos de la escuela eran hijos de mineros del carbón.

Pronto, aquel coro de niños se hizo muy popular actuando en toda la provincia de Limburg e incluso en Radio K.V.R.O., del Instituto Nacional de la Radio. Diversos artículos de prensa de entonces afirman que aquellos niños encantaron y emocionaron a sus audiencias con conciertos musicales que ofrecían gran variedad de actuaciones incluyendo el canto, la declamación…, Incluso, durante la Segunda Guerra Mundial, ofrecieron conciertos en numerosos lugares. En 1945 el Hermano Majoor fue enviado a la comunidad de Bilzen y el Hermano Michel (Jozef Stuer) se hizo cargo de la batuta. Su trabajo consistió, sobre todo, en cantar durante las celebraciones litúrgicas y, aunque fue por un corto tiempo, aseguró la continuidad del coro.

En 1950, el Hermano Arnold (Camiel Van Den Eeckhout) fue transferido a Waterschei. Además de enseñar como profesor, fue el líder de ‘Chiro’ (un movimiento juvenil), el responsable del club hortícola local y el nuevo director del coro. ¡Todas estas tareas las realizó con un gran corazón!

Durante 27 años, demostró ser una persona altamente motivada, un maestro competente y apasionado, un compañero muy estimado y un director de coro excepcional. Bajo su inspirador liderazgo, el coro de niños “De Lustige Heivinken” adquirió un gran renombre tanto en Bélgica como en el extranjero. El 25 de septiembre de 1977 el Hermano Arnold moría repentinamente. ¿Sería éste el final de aquel famoso coro de niños?

Afortunadamente, Jaak Jacobs, un antiguo corista, se ofreció a dirigir el coro junto con Moniek Draelants y Gilbert Bongaerts, quienes, durante muchos años, habían sido colaboradores cercanos del Hermano Arnold. Ellos, continuaron dirigiendo el coro durante 9 años más, de acuerdo con la visión y el espíritu del Hermano Arnold. Durante ese período, el coro produjo e interpretó 2 musicales, grabó 3 LPs, hizo 3 giras de conciertos por toda Bélgica y otras 3 giras en el extranjero durante las vacaciones.

El impacto social, pedagógico y musical del coro desde 1930 hasta 1986 no tiene precedentes en la región minera de Genk, situada en la provincia de Limburg ni en toda Bélgica. Incluso internacionalmente, el coro de niños llegó a jugar un relevante papel.

Aspectos más destacados de los 56 años de historia de este coro de niños lasalianos:

  • Más de 1.000 conciertos.
  • Ensayos casi a diario para practicar un repertorio en constante renovación.
  • Un nuevo uniforme cada 6 años.
  • 35 conciertos y giras de vacaciones en el extranjero (Italia, España, Francia, Alemania, Checoslovaquia Polonia, Gran Bretaña, Córcega, Holanda, Suiza, Austria, Yugoslavia … )
  • Logro de premios en concursos de alto nivel.
  • Invitación a cantar ante el rey en el palacio real.
  • Retransmisiones por radio y televisión en Bélgica y en el extranjero.
  • Grabación de 13 LPs y 9 singles.
  • Concesión del disco de oro en 1969.
  • Medalla de la UNESCO y medalla de Schubert.
  • En 1969, cada miembro del coro recibió una medalla personalizada de “Pro Música”, la primera entregada en Bélgica.

Aproximadamente 950 niños de la zona minera de Genk fueron miembros del coro a lo largo de su historia. El número de coristas variaba entre 35 y 120. Genk era una ciudad multicultural en la que aquel coro, en el que había niños de más de 15 nacionalidades diferentes actuó como un sistema socializador: mientras ensayaban, actuaban y viajaban juntos, los niños aprendían a vivir unidos en un contexto multicultural. Todos estaban inmersos en un ambiente de atención, disciplina, esfuerzo y amistad de unos para con otros. Aunque ninguno tenía educación musical, en la prensa nacional se los llegó a comparar con el coro de niños de Viena.

Además de la excelente educación brindada por los Hermanos de las Escuelas Cristianas, los niños se beneficiaron del esfuerzo que los Hermanos ponían en el desarrollo integral de cada niño individualmente: aprendizaje, habilidades, desarrollo cultural, espíritu religioso y deportivo… Todo ello contribuyó a crear amistades para toda la vida pero, especialmente, como hijos de mineros del carbón, aquellos niños se sentieron importantes, apreciados y felices.

En el mes de septiembre de 2017 se celebraron 40 años del fallecimiento del Hermano Arnold. (Ya no existe la escuela de los Hermanos en esta ciudad) Gracias particularmente a los señores Gilbert Bongaerts, Moniek Drealants y Ward Vanhengel se montó en el salón del “Casino Modern” de Genk  una impresionante exposición de fotos ampliadas, grabaciones  musicales, videos, diplomas, premios, uniformes y muchos otros objetos de la historia del coro. Numerosos antiguos alumnos acudieron al cementerio de los Hermanos en Bokrijk a orar y dar gracias a Dios por la vida de quienes educaron. Varios ministros del gobierno de Flandes, el alcalde de Genk y otras autoridades participaron en sesiones académicas muy bien organizadas. Todos expresaron su admiración por la labor de aquella escuela lasaliana en la educación de los hijos de los mineros, que fueron capaces de cantar como los ángeles.

Frère Robert Schieler Supérieur Général visite le réseau La Salle France

Elu depuis 2014 le Frère Supérieur Général Robert Schieler (d’origine américaine de Philadelphie) basé à Rome est à la tête de la grande famille lasallienne dans le monde. Quatre mille Frères, plusieurs dizaines de milliers de professeurs, d’éducateurs et enfin plus d’un million de jeunes vivent et évoluent au coeur de la tradition lasallienne dans 80 pays de notre planète. 

En 3 ans, ce dernier à d’ores et déjà visité 400 établissements en Afrique, Asie, Amérique et Europe. Quand bien même ces chiffres pourraient traduire une forme d’anonymat, « Brother Robert » porte un regard unique sur chaque homme, femme, enfant croisé. Cette bienveillance a touché les coeurs des personnels et jeunes des établissements Saint Felix La Salle et du Sacré Coeur de Nantes le 8 janvier dernier dans le cadre d’un « pèlerinage » de 15 jours sur le sol français.

Accueillie dans un anglais parfait par les jeunes de seconde année en BTS tourisme, la délégation composée des Frères Aïdan Kilty, Etienne Le Chapelain, Antoine Salinas et de la déléguée de tutelle Colette Alix ont découvert l’établissement du Sacré Coeur dirigé remarquablement par Jean Philippe Thoiry.

Des lieux de vie certes, mais avant tout, la rencontre des jeunes. Doté d’une aisance relationnelle extrêmement touchante le Frère Robert a su se fondre dans chacune des classes attirant avec simplicité la sympathie et le respect des jeunes. Curieux d’en savoir un petit peu plus sur le religieux les apprenants du Bac Pro Commerce lui ont posé des questions sur sa vie, sa mission, ses passions. Se prêtant au jeu avec amusement dans ses réponses, le Frère Supérieur Général a toutefois fait passer des messages sur le sens à donner dans la vie d’un homme, l’altruisme, le respect du bien commun, l’environnement ; toutes ces valeurs qui doivent être converties en vertus avec le temps.

A l’issu de la visite du lycée, la délégation s’est rendue au sein de l’école de Pauline Cassisa. Quelle ne fut notre surprise d’aller à la rencontre de ces enfants qui nous ont honoré d’une comptine anglaise ! Nous étions à nouveau conquis par les sourires et visages mais aussi du travail tout en douceur des professeurs.

La journée s’est achevée par la visite de l’ensemble scolaire Saint Felix La Salle et plus précisément la rencontre de jeunes migrants. David Bourgoin Chef d’établissement et ses équipes pédagogiques ont eu à coeur de présenter au Frère Supérieur Général le travail mis en place avec et pour ces jeunes en grande détresse. Là encore, nous sommes entièrement plongé dans l’ADN du projet éducatif, l’aide aux plus fragiles. Que de témoignages poignants de ces jeunes adultes venus de Guinée, du Pakistan, du Cameroun qui ont connu la rue, la violence, la peur et ont trouvé chez les Frères, chez David Bourgoin et les équipes de Saint Félix La Salle une forme de Salut, une part d’humanité, un regard considéré. Le Frère Robert Schieler a salué l’investissement et le travail opiniâtre des équipes et a avant tout été sensible aux grands coeurs et au professionnalisme des acteurs du réseau d’éducation français.

Lionel Fauthoux

La Salle Campus Barcelona-URL forma en emprendimiento social a más de 1200 alumnos de La Salle Catalunya en la 2ª edición de Eduemprèn

WhatsApp Image 2017-11-22 at 13.04.12El pasado martes 21 de noviembre, La Salle-URL acogió el acto de inicio del proyecto de emprendimiento social EduEmprèn, en el que participaron más de 1200 niños de la Salle Catalunya. En total asistieron estudiantes de 15 colegios de La Salle: La Salle Bonanova, La Salle Cassà De la Selva, La Salle Figueres, La Salle Girona, La Salle Horta, La Salle Manlleu, La Salle Manresa, La Salle Mollerussa, La Salle Montcada, La Salle Premià, La Salle Santa Coloma de Farners, La Salle Sant Celoni, La Salle Seu d’Urgell, La Salle Tarragona, La Salle Torreforta y La Salle Vidal Barraquer. La jornada marcó el inicio del proyecto FAIG, en el que los alumnos tendrán que desarrollar un plan empresarial de carácter social durante todo el curso académico y que a final de curso lo podrán presentar en la clausura de Eduemprèn en el mes de junio nuevamente en el Campus. El acto empezó con una bienvenida del director de La Salle Cataluña, Jordi Jover, que incitó a los jóvenes a ser emprendedores y recordó los buenos resultados que está obteniendo La Salle Technova Barcelona, como incubadora de proyectos, siendo uno de los más importantes de Europa.

Seguidamente, el director del Parque Tecnológico, Javier de la Ossa presentó los requisitos y los premios a los que pueden optar los estudiantes con el proyecto Eduemprén. Los alumnos participaron en una dinámica creativa en la que por grupos tenían que pensar una idea emprendedora, para un problema planteado por ellos mismos previamente, sobre un tema relacionado con salud, alimentación, educación, inclusión laboral, reciclaje, entre otros; y posteriormente presentarlo públicamente a todo el auditorio. “Si en una hora habéis podido pensar en una idea, imaginaos lo que podéis hacer durante todo el curso”, les motivaba Josep M. Piqué, presidente ejecutivo de La Salle Technova Barcelona y dinamizador del acto. El evento finalizó con una ponencia inspiradora de Albert Riera, responsable de comunicación de la cooperativa La Fageda.

Varchi di Luce

Nel 2004 i lasalliani aprono una scuola “elitaria”. Si accede solo se bocciati due volte e segnalati dai servizi sociali. Una sfida tanto vicina al carisma del De La Salle, vissuto nel 1600: educare chi è ai margini, sfida portata avanti attraverso il lavoro di educatori, psicologi, professionisti, insieme, attraverso la cooperativa Occhi aperti. Ad oggi 130 i ragazzi recuperati ed accompagnati alla licenza media. Una scuola alternativa, fatta di attenzione e ascolto, modulata sulle possibili risorse di ciascuno, che invita nuovamente i ragazzi ad alzare lo sguardo e osare il futuro. Una giornata intensa in una scuola “buona”, che prefigura quella di domani.

José Miguel Suárez recibe el reconocimiento lasaliano “Llamado a servir 2017” del consejo coordinador de antiguos alumnos La Salle

Llamado A Servir AAEl pasado diciembre, el antiguo alumno José Miguel Suárez Pérez, recibió el reconocimiento lasaliano“LLAMADO A SERVIR 2107” que el Consejo Coordinador de AA La Salle otorga anualmente.

José Ramón Batiste, presidente del Consejo coordinador se desplazó a Agüimes-Gran Canaria para hacerle entrega de dicho reconocimiento, en el marco del pregón del auto de Reyes Magos, que la Asociación La Salle de Agüimes, presidida por Pablo Martín, celebra cada año y que corrió a cargo del exalumno Francisco Vera Guerra.

La Comunidad de Hermanos de Arucas estuvo presente junto a un buen numeroso grupo de socios y simpatizantes. José Miguel Suárez agradeció esta distinción, así como la presencia de los Hermanos de Gran Canaria.

Consejo coordinador antiguos alumnos La Salle

Alumnos de Robótica de La Salle Teruel participan en ‘La hora del código’

La Salle Teruel hora del codigoEsta semana alumnos del colegio La Salle San José de Teruel han participado en La hora del código (#HourOfCode”) organizado por Code.org, organización dedicada a promover las ciencias de la computación entre los más jóvenes y que cuenta con el patrocinio de empresas como Google, Microsoft, Apple, Amazon, Facebook, Disney o Khan Academy.

La hora del código es un evento de índole mundial, en el que han participado millones de niños de más de 180 países, diseñado para mostrar que todo el mundo puede programar y así comprender los fundamentos básicos de la disciplina.

Alumnos del centro, de edades comprendidas entre los 4 y los 13 años, han disfrutado de esta experiencia, en la actividad extraescolar de robótica, usando lenguajes de programación visuales y animando personajes de Star Wars como BB-8, R2D2 o C3PO, a Elsa y Ana de Frozen, a Hiro y Baymax de Big Hero 6 o al pájaro Flappy.

Una enriquecedora y divertida actividad que no olvidarán y que repetiremos en cursos posteriores.

Comunicación La Salle sector Valencia-Palma

1 2 3 4 82