Quand le lycée LaSalle de Levier se met en route vers la fraternité

31 mai après-midi les élèves se massent dans la grande salle de réunion sans trop savoir ce qui les attend si ce n’est que l’après-midi est organisé par la pastorale.

Yves DUTHOIT, directeur de l’établissement lance les festivités :

« Cet après-midi, nous vous invitons à partager un bout de chemin ensemble à destination de la fraternité. Ce mot est aujourd’hui beaucoup et un peu partout utilisé mais à Levier nous voudrions faire résonner en vous que si nous regardons l’Autre comme un frère, si nous essayons de mieux vivre ensemble alors demain pourra être encore plus beau ».

Le voyage est lancé

Les élèves sont invités à aller rencontrer de nouveaux visages ;

Faire fraternité, malgré les difficultés ici ou ailleurs, c’est ce que Joël ancien agriculteur aura à cœur d’expliquer de par son engagement à l’AFDI qu’il résume par « paysans sans frontières ».

Il faut essayer d’aider l’Autre avec ce qu’il a et non pas avec ce que nous voudrions qu’il ait. A quoi bon, dit-il installer des frigos au Sénégal ? aidons-les à savoir utiliser leurs ressources

Amal, Syrienne en France depuis 7 ans, venue tout exprès de St Etienne, raconte comment certains matins elle tremble pour sa famille restée là-bas parce qu’elle ne sait pas où sont partis ses frères et sœur pour éviter les bombes. Quand on perd une maison à cause de la guerre, on perd un bout de ses racines. Et quand j’y retourne, à chaque fois j’apprends que je ne reverrai jamais certaines personnes. Mais il faut toujours espérer

Faire fraternité c’est aussi voyager dit Alexandra, élève au lycée jusqu’en juin dernier et de retour de 09 mois au Canada. J’ai bien sûr perfectionné mon anglais mais j’ai aussi fait des rencontres extraordinaires tchadiens, congolais, anglais, espagnols, N’ayez pas peur de partir dit-elle aux jeunes, ouvrez-vous aux autres

Parfois pour entrer en fraternité, et pour aider son prochain il faut savoir se mettre dans la peau de quelqu’un d’autre. Aussi Valérie et Grégoire, enseignants de l’établissement proposent le jeu du pas en avant

Pourquoi n’avançons tous pas de la même façon ?

Que peut-on faire pour que celui qui se trouve derrière moi avance un peu plus

Entrer en fraternité c’est aussi lutter contre la pauvreté

Le frère Joseph de notre communauté de Levier raconte l’histoire de cet homme qui voulait se jeter à l’eau et à qui on a tendu la main

Une rencontre qui change une vie, qui donne force pour se mettre au service des plus démunis

Les élèves découvrent alors les compagnons d’Emmaüs

Mais on peut aussi faire fraternité avec des couleurs à l’image de Rachel enseignante qui a permis aux jeunes de s’exprimer avec une simple ficelle et de la peinture.

Les jeunes ont laissé parler leurs talents

Parfois la parole n’est pas nécessaire pours’échapper un peu et imaginer un monde plus beau et plus coloré

Luc notre musicien d’origine bulgare les a transportés au son de la musique de différents instruments ; Il tend des instruments aux jeunes, leur demande de jouer et leur dit.  « On va apprendre à jouer comme des frères » En musique on a tous besoin les uns des autres

Enfin Dominique, venu du Mans spécialement pour nous, a choisi son chemin pour faire fraternité

Libéré de ses activités professionnelles, il décide de prendre la route de St Jacques . Pendant 68 jours il a oublié sa vie pour aller à la rencontre des autres

Au départ dit-il on a tous un beau sac à dos, un peu de confort…. Au fil du chemin on se déleste de ce qui semble trop matériel pour ne garder que l’essentiel

En parallèle on enrichit son cœur

C’est difficile dit-il de raconter / une telle expérience se vit mais ne se raconte pas forcément

A la fin de l’après-midi, les élèves se rassemblent dehors devantle foyer

Luc le musicien saute sur la table, joue de la musique et fait chanter et danser tout le monde

Yves DUTHOIT termine le voyage en remerciant les témoins qui ont donné de leur temps mais aussi en disant Merci à tous nos jeunes pour avoir partagé cet après-midi

Nous avons pu voir qu’à la croisé des chemins, il y a toujours un nouveau départ, un nouveau regard, une nouvelle rencontre.  Nous avons semé des graines, certaines lèveront d’autres non, l’important c’est que celles qui ont pu lever donnent à leur tour de nouvelles graines.

Print Friendly, PDF & Email
Please follow and like us: