Session de formation des chefs d’établissement de Grèce

Vendredi 29 janvier, organisée conjointement par Stavroula Kanellopoulou, présidente du Conseil pour la mission éducative lasallienne (Comel) de Grèce, et Marc Varthalitis, coordinateur du Conseil local d’animation lasallienne, s’est tenue à Thessalonique, en présence du Frère Visiteur Jean-Paul Aleth, la 9e session de formation des chefs d’établissements du réseau lasallien grec.

formation en grece

Autour des deux organisateurs se trouvaient réunis les quatre directeurs du secteur (deux directeurs expérimentés, Frère Marios, Antoine Rigoutsos, et deux directeurs “novices”, Catherine Papadopoulou,Jean Papadopoulos), ainsi que Frère Nicolas Printezis (ancien président du Comel) et Georges Pappas (directeur adjoint au Pirée). La formation était articulée autour de deux interventions : le rôle du directeur dans l’école lasallienne (Antoine Rigoutsos) et la bonne direction (Michel Bertet).

Antoine Rigoutsos a parlé d’expérience, le vécu n’étant jamais loin. Il a notamment insisté sur les différentes postures possibles d’un dirigeant, la nécessité d’un regard externe (ou plutôt d’une oreille externe, Antoine R. ayant filé la métaphore du chef d’orchestre, se demandant qui du musicien, du maestro ou du spectateur entendait le mieux la symphonie), le souci constant de faire accéder le plus grand nombre possible de personnes “à une vision globale des choses”, la protection des plus faibles (y compris les adultes), la capacité de faire faire plutôt que de faire, l’effet domino dans le “management” d’un établissement et dans la perception qu’on en a, citant Machiavel : “la première impression créée par un chef est celle qui est donnée par les personnes qui l’entourent”.

Michel Bertet a joué sur les deux sens du mot “direction”, la direction “commandement” (qui commande ici ?) et la direction “orientation” (où va-ton ?), le “bon sens” en quelque sorte. Mais un bon sens appuyé sur les cinq sens par lesquels l’Esprit saint rend “sensibles” ses appels : la bouche, l’oreille, l’œil, le nez, le toucher. La mission du directeur s’inscrit dans l’histoire, la géographie, l’écologie (à l’instar des vœux religieux, compris comme des vœux écologiques). Une batterie de questions mettait les personnes en face les unes des autres et surtout d’elles-mêmes : citez des exemples concrets qui indiquent votre type de gouvernement ? Qu’est-ce qui ne va pas dans un établissement qui va mal ? Etc.

La suite est prévue, ce sera en juillet 2016 quelque part en dehors du temps et des locaux scolaires, et peut-être même en dehors du pays, hors du camp dirait Frère Robert, Supérieur Général, et cette fois ce sont tous les conseils de directions qui seront conviés, avec un formateur externe, un auditeur, car au concert qui entend le mieux l’orchestre ?

Michel Bertet

La Salle Universities – IALU Europe: reunión en Beauvais

Con la presidencia del Hno. Aidan Kilty, Consejero para la RELEM y con la asistencia de los Hnos. Jesús Miguel Zamora, Visitador de ARLEP, Jacques d’Huiteau responsable de la tutela de formación superior en FRancia y del Hno. Jesús Félix Martínez, delegado de Educación de ARLEP se han reunido en el Campus La Salle de Beauvais los directores generales y presidentes de las obras universitarias de RELEM.

iualueuropeDespués de repasar la ejecución de los acuerdos de las anteriores reuniones se proporcionan informaciones diversas sobre la IALU, el concurso LSDreams, la investigación, los procesos generados desde el Consejo Internacional para la MEL, la difusión de una newletter común a todos los centros y la elaboración de una matriz de mensajes que exprese la identidad y características diferenciales de nuestras instituciones de educación superior.

Se decide crear e impulsar un equipo de trabajo que estudie temas académicos de reconocimientos e intercambios entre los centros que tienen formación post-bachillerato y los centros universitarios.

Formation Lasallienne en Terre-Sainte: deuxième session

Vendredi 5 février 2016 s’est déroulée la deuxième session de la formation lasallienne en Terre-Sainte. Vingt nouveaux professeurs venant des trois Collèges, ont participé à cette formation qui a eu lieu à l’école des Frères, à Bethléem.

formations a terre sainte
Le temps de la formation a été réparti en 4 étapes :
Tout d’abord le Frère Peter Irolano, de l’Université de Bethléem, et les nouveaux professeurs ont analysé des séquences d’enseignement dans la classe afin de trouver les points positifs et les points négatifs.
Ensuite, c’est Mme Iklass Banoura, enseignante à Bethléem, qui a donné une intervention éducative sur : « Comment tracer les buts dans l’enseignement ? ».
Puis, M. Raed Sarasra, professeur à Bethléem, a fait une petite introduction sur : « Comment le professeur tisse-t-il les relations avec les jeunes et les enfants ?».
Enfin, Dr. Ghassan Handal de l’Université de Bethléem, membre de la commission de la formation lasallienne, a fait une intervention sur la vigilance du professeur dans la classe.

Rencontre des conseils d’animation lasallienne

Les 20 et 27 janvier, les deux Conseils locaux d’animation lasallienne (Clal) de la délégation Sud-Ouest se sont réunis, respectivement au Centre La Salle à Toulouse, et à Saint-Genès – La Salle à Bordeaux.

Plus de 60 participants ont planché sur le thème d’année “Une rencontre, un déclic”, les divers projets et notamment le futur rassemblement des 6e à Lourdes le 7 avril 2016.

sudouest

Les commissions ont pu travailler sur la communication, les bilans des journées des élèves délégués de 4e organisées à Jurançon et Béziers, et déjà envisager les projets pour l’année prochaine.

Le Frère Visiteur auxiliaire Étienne le Chapelain a expliqué les nouvelles organisations dans le district de France. Un point a été fait sur la vie des fraternités éducatives locales.

Grand merci à la communauté des Frères de Toulouse et à Marc Segarra et son équipe de Bordeaux pour leur disponibilité et accueil.

Jean Bourrousse
Délégué de tutelle

Do you speak korean ?

Nantes. Après le Japonais et l’Italien, les élèves de Saint Joseph du Loquidy à Nantes pourront apprendre le Coréen en LV3 à partir de septembre 2016.

Photo du Loquidy

Photo du Loquidy

Fort de son partenariat avec le lycée Yang-Chung de Séoul et de ses liens étroits avec le Centre d’études coréennes de l’université de Nantes, l’enseignement du coréen vise plusieurs objectifs :

– Développer la curiosité des élèves envers un pays qui connait une croissance économique fulgurante.
– Préparer les élèves à travailler avec une grande nation du Nord-Est asiatique.
– Les ouvrir à une culture riche, intéressante et tellement différente.
– Leur offrir la possibilité d’acquérir les bases d’une langue très peu enseignée dans le secondaire français.

Le Loquidy est le seul établissement de l’académie de Nantes à le proposer et le premier établissement privé sous contrat d’association avec l’État à le faire. Seules les académies de Rouen, Paris et Bordeaux proposent cet apprentissage.

Les élèves auront aussi la possibilité de participer à l’échange avec le lycée Yang-Chung de Séoul en classe de première.

“AVEC NOS DIFFÉRENCES, BÂTISSONS LA PAIX” avec les élèves de Saint Vincent de Paul

Pour vivre le thème de la MEL du District : « Avec nos différences, bâtissons la Paix », une quinzaine d’élèves de l’Ecole Saint Vincent de Paul ont rendu visite à l’association INSAN qui s’occupe d’enfants réfugiés.

Une cinquantaine d’enfants irakiens furent au rendez-vous. Commençant par un jeu de connaissance, les enfants furent répartis en groupes pour mieux se connaître : nom, âge, hobby,…

difference

L’animation par des chants et de la musique a créé une ambiance fraternelle. Les enfants ont fait quelques pas de danse et ont chanté tout joyeux avec les animateurs du centre, les Frères Malak et Louis et Mme Rita Chaker.

Avant de se quitter, ils ont partagé des sandwiches ensemble et ont pris une photo de famille. Le sourire n’a pas quitté les visages des enfants et des adultes. Ensemble, ils ont compris que la différence est un enrichissement pour tous

L’escola inaugura el nou auditori Germà Salvador Coma, dins dels actes del 135è aniversari del centre

Tres aules i 77 alumnes. Aquest va ser el començament de l’escola La Salle de Cassà de la Selva un llunyà 19 de març de l’any 1881. Ara, 135 anys més tard, el centre educatiu té 675 alumnes i un claustre de 48 professors i aprofitarà aquest curs per celebrar la llarga història que té el centre escolar i que sempre ha anat lligada al desenvolupament del mateix municipi. De fet. els antecedents de l’escola es remunten a l’any 1880, quan un grup d’empresaris cassanencs veuen la necessitat d’implantar una escola per a nois al municipi que pugui complir una funció com ja complia el centre de les Germanes del Cor de Maria per a les nenes del municipi.

Cassà de la Selva. 135 anys d'història de la Salle de Cassà.

La relació que els empresaris de l’àmbit surer tenien amb França va provocar que els integrants de la societat anomenada Protectora de Juventud escollissin que fossin els germans de les Escoles Cristianes de La Salle els que assumissin aquest repte al municipi cassanenc. En concret, van ser tres germans –Jerôme Agustí, Josep i Servus– els encarregats d’iniciar una escola que ha arribat fins ara i que es manté en plena forma. L’antiga societat va donar pas al Patronat de les Escoles Cristianes de Cassà, que al llarg dels anys s’ha encarregat d’adquirir nous terrenys per anar ampliant el centre i adaptar-lo a les noves necessitats educatives. L’actual director de La Salle Cassà, Miquel Casagran, sosté que l’escola s’ha convertit en una referència al Gironès, el Baix Empordà i la Selva, comarques des d’on reben alumnes de famílies que busquen aquest tipus d’educació.

L’arribada del 135è aniversari del centre educatiu, que al 2005 va rebre la Creu de Sant Jordi de la Generalitat, farà que l’escola es posi de gala amb diversos actes de celebració. Un d’aquests actes se celebra avui mateix, a les 12.30 hores, amb la inauguració del nou auditori Germà Salvador Coma, sorgit de la reconversió de l’antiga capella de les monges.

 

Dani Vilá (El Punt Avui- extracte)

Al Collegio San Giuseppe di Torino un incontro interreligioso organizzato dagli Ex-alunni

Il 15 gennaio l’Associazione Ex Alunni dell’Istituto La Salle di Torino ha organizzato nel Teatro del Collegio San Giuseppe un Incontro Interreligioso.

All’incontro erano presenti l’ex-alunno Prof. Daneo, promotore dell’incontro e moderatore, l’ex-alunno Teologo e Psicologo Prof. Don Ezio Risatti, il Segretario Nazionale di Religions for Peace Prof. Luigi De Salvia, il giovane musulmano Ibrâhîm ‘Abd an-Nûr e Bruno Portigliatti, Presidente Onorario dell’Unione Buddhista Europea e Direttore Centro Buddhista di Informazione Italiano.

torino

Il tema, “Accogliamoci l’un l’altro: dalla Paura alla Fiducia”, date le cronache degli ultimi tempi, si presentava di grandissima attualità. Affrontato dagli oratori da prospettive diverse si è arrivati a conclusioni da tutti e dal pubblico in sala perfettamente condivise.

Don Ezio Risatti ha dato al suo intervento un taglio prettamente psicologico. Nell’ordine naturale, ha spiegato, ogni “diverso”, ai fini del raggiungimento di un accordo, rappresenta una fatica. Il motivo è: chi è nel giusto? Io o lui? Nell’altro noi vorremmo vedere l’immagine di noi.

E nel campo della religione si aggiungono alcune complicazioni. Non considerando chi giustifica la violenza nel nome di Dio, tutti incontreranno il Dio in cui hanno creduto e diranno: “È proprio lui, è proprio quello in cui ho sempre creduto, anzi, è perfino meglio di quanto credessi”.

Il Presidente Onorario dell’Unione Buddhista Europea ha aperto il suo intervento con le parole, incise su pietra, dell’Imperatore Aśokha della Dinastia Maurya che regnò sull’India dal 270 al 236 a.C: “È la medesima vita ad animare tutti gli esseri viventi e l’aggressione di uno di questi equivale ad aggredire se stessi. Al contrario quando un solo essere giunge all’Illuminazione ne trae vantaggio il cosmo intero. Lo strumento fondamentale è l’esercizio della compassione che consente l’accoglienza e le cure dello straniero così come di ogni essere vivente”.

A conclusione le parole di Sua Santità il XIV Dalai Lama: “Il mio messaggio per tutti è l’amore del prossimo, la bontà e la compassione. Si tratta, io credo, del punto essenziale e universale predicato da tutte le religioni… Noi possiamo stabilire un’armonia tra tutte le tradizioni spirituali sulla base di quei tratti comuni che sono l’amore, la bontà e il perdono. Insisto molto su questo punto per il quale dedico molte delle mie energie”. Accogliere vuol dire aprire le porte, vuol dire accettare senza riserve e solo l’amore può fare tanto.

Molto atteso, per ovvi motivi, l’intervento del Rappresentante dell’Islàm che, fin dalle prime parole ha catalizzato l’attenzione del pubblico con la chiarezza del linguaggio e la profondità dei contenuti, senza mai cedere a una facile polemica, sviluppando invece idee che con cenni di assenso oratori e pubblico dimostravano sovente di condividere.

Secondo il Segretario Nazionale di Religions for Peace un buon punto di partenza per intendersi evitando i “disastri” che le religioni hanno provocato nel passato, è trovare una “grammatica comune” nel pluralismo delle religioni. L’accoglienza è come una liberazione e sarà facile accogliere l’altro se si saprà avere un vero rapporto con l’Altro.

Fr. Raffaele Norti

Unidesert en marxa!

El proper mes de febrer dos alumnes del cicle formatiu de grau mitjà d’electromecànica de vehicles automòbils de la Salle, Àlex Martínez i Joan Marin, marxen en la seva aventura cap a Tànger creuant el Marroc en direcció sud cap al desert de Erg Chebbi, on realitzaran un raid solidari i faran entrega de material solidari.
Amb la campanya de recollida de roba i material escolar, realitzada a l’escola el passat novembre, van poder recollir els més de 30Kg que repartiran a les escoles de la zona. Fins aquest moment, els alumnes en col·laboració amb la comunitat educativa de l’escola, han aconseguit 850€ i material de diferents patrocinis.

unidesert

El raid finalitzarà la ruta a Marrakesh, una de les ciutats imperials amb més encant del nord d’Àfrica amb l’entrega de premis. Són 6 etapes de recorregut amb descans a campaments organitzats, del 27 de febrer al 6 de març, dia de retorn cap a Algeciras.
El repte: amb només una brúixola, un mapa i un cotxe de més de 20 anys (sense GPS ni dispositius electrònics) hauran de finalitzar cadascuna de les etapes d’Unidesert. Cada etapa consistirà en completar un itinerari amb l’ajuda d’un Road Book, superant obstacles naturals: muntanyes, dunes, rius, pedres, pistes poc visibles,… y altres obstacles “especials”: exàmens i proves d’orientació, habilitats i estratègia.

L’objectiu d’aquest projecte és superar les pròpies barreres i afrontar nous desafiaments cada dia, orientant-se pel desert, compartint experiències, ajudant a altres companys, gestionant els propis recursos i prenent decisions. Una formació que els servirà per al futur professional. Tot això, a més, mullat amb una experiència de caire solidari que aportarà material escolar a zones necessitades, participant per raons socials i humanitàries, un aspecte primordial en aquesta aventura.

1 70 71 72 73 74 77