Faire aimer l’école aux jeunes en rupture

Le collège Oscar Romero sous tutelle lasallienne est un établissement d’enseignement situé à Garges-lès-Gonesse (95) en banlieue parisienne qui accueille à peine quelques dizaines de jeunes en rupture voir en décrochage scolaire.

oscarromero

Ces jeunes sont accueillis dans une grande maison, on imagine aisément chaque pièce qui au préalable devait être un salon, un séjour, des chambres pour laisser place, après quelques transformations à des salles de cours, des ateliers de dessin ; seule la cuisine est restée dans son jus, lieu de retrouvailles des professeurs aux interclasses pour se réchauffer le gosier et éclaircir sa voix autour d’un thé et d’une cuillère de miel.

Kamel, CPE, et Delphine, AVS, d’ “Oscar” assurent avec bienveillance les 20 minutes de récréation en plein air. Des rires, des larmes, des sauts dans les flaques, des taquineries rien ne change d’une école à une autre et d’une génération à l’autre. La cloche manuelle confiée à un jeune en responsabilité annonce “l’heureux tour” en classe. En effet, ces jeunes pour qui l’école était synonyme d’ennui et de conflits au quotidien devient au fil des jours un repère, le lieu où l’on apprend à être grand.

La vocation des éducateurs/professeurs n’est pas de transmettre un savoir à tout prix mais d’adapter une posture éducative selon chaque jeune dans le respect de sa différence. Et pour preuve, il n’est pas incompatible pour Marc, professeur d’arts plastiques, de sensibiliser ces jeunes à la beauté de la Piéta de Michel-Ange et de répondre avec autant de subtilité et de finesse que le salut de ces jeunes passera par le savoir.

Aborder avec ces apprenants un quelconque retard scolaire, des faiblesses dans l’écriture ou dans la lecture n’est pas un sujet tabou. Au contraire, ils ont cette maturité hors du commun de conscientiser le problème, d’appuyer à l’endroit douloureux et de faire face à des réalités de vie. Souvent habitués à entendre “va où tu veux !” chez Oscar Roméro, on leur dit “VIENS” !, ce verbe à l’impératif est le dénominateur commun de Catherine, Cécilia, Nadra, Stella et bien d’autres qui construisent l’homme, la femme de demain sous le regard bienveillant de Christine François et Philippe Delon respectivement chef d’établissement et adjoint de l’ensemble scolaire La Salle Saint-Rosaire et de l’annexe Oscar Roméro.

Lionel Fauthoux
Responsable de la communication La Salle France

vendredi 12 février 2016

Print Friendly, PDF & Email
Please follow and like us: