Assemblée annuelle des chefs d’établissement lasalliens

L’Assemblée Annuelle des Chefs d’établissement s’est tenue le 14 et 15 novembre dernier au siège de la congrégation des lasalliens à Paris. Ce temps fort sur la thématique « Aux périphéries et au-delà », service éducatif des pauvres et promotion de la justice a réuni autour du Frère Visiteur Jean-Paul Aleth et son adjoint le Frère Jean-René Gentric, deux cent vingt chefs d’établissement venus de France, Belgique et Grèce.

foto de LA SALLE, France.

La matinée a été consacrée à l’accueil de six établissements issus des congrégations des Sœurs de Sainte Chrétiennes, des Sœurs de Saint Louis et des Filles de Jésus qui rejoignent les lasalliens. La famille éducative s’agrandit avec confiance, douceur et humilité. On se reconnaît aisément dans la conduite éducative de nos écoles, et avons pleine conscience d’avoir cette lourde responsabilité d’être des passeurs de lumière pour donner du sens, « l’enfant ne peut s’auto-éduquer ».

Le désert des pauvretés progresse alors que l’argent inonde les intérêts ; la bienveillance est d’une urgence absolue car elle aspire à l’humanité. L’intervention de l’après midi de Véronique Fayet, présidente du Secours Catholique nous a alerté sur la pauvreté de notre pays mais aussi des idées reçues et autres préjugés qui faussent notre réflexion sur la misère en France.  A ce jour 9 millions de personnes vivent sous ce seuil (moins de 800 euros par mois, 540 euros est le revenu médian) dont 3 millions d’enfants.

foto de LA SALLE, France.

Renoncer chaque jour à se nourrir correctement, à vivre décemment ou s’octroyer un temps de divertissement est extrêmement violent pour ces familles et surtout ces enfants. 60% du million de personnes qui tapent à la porte du Secours Catholique ne recherchent nullement une aide financière ou alimentaire mais tout simplement une écoute. L’association œuvre quotidiennement à développer la « pédagogie de la rencontre » et de construire le lien fraternel.

Ces valeurs sont parfaitement dans la lignée de ce que proposent nos écoles et notre mission est de convertir ces valeurs en vertus. Le Parcours d’Education à la Justice, au service et à l’engagement présenté par l’équipe du PEJ est le nouvel itinéraire pour œuvrer à cette conversion. Douze valeurs recensées, bienveillance, confiance, courage, discernement, écoute, fraternité, humilité, liberté, pardon, respect, responsabilité et vérité. Tel est le défi de Pascal Hebbinckuys et son équipe d’insuffler à l’ensemble du réseau cette pédagogie de la médiation via trois piliers, connaissance, rencontre et pratique.

Prenons pour exemple l’association « Laurette Fugain » qui lutte contre la leucémie ; la rencontre avec sa présidente Stéphanie Fugain et Delphine Hoffman sa fidèle collaboratrice nous a permis d’être sensibilisé à la pathologie et d’envisager une mobilisation du réseau aux « Dons de Vie ». Transformer les valeurs en vertus de la responsabilité (en ayant une connaissance de la maladie), de la confiance (sur la recherche médicale, le sérieux de l’association) nous amènent à allier la parole au geste médical d’un accueil à bras ouverts.

L’école forme le corps de notre société, il y a urgence d’aller plus loin, le Frère Visiteur de France Jean-Paul Aleth nous l’a rappelé en consolidant nos liens Frères et laïcs pour tenir avec opiniâtreté la mission du service éducatif des pauvres et des faibles.

Lionel Fauthoux

Print Friendly, PDF & Email
Please follow and like us: